41VG5TEmi2L

 Aki Shimazaki
114 pages

Résumé :

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d'une vie familiale marquée par les mensonges d'un père qui l'ont poussée à commettre un meurtre.
Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n'échappe à son destin.

Mon avis :

Voilà un livre que je me doutais apprécié. Il est vrai qu'une valeur sûre pour moi est les livres se déroulant au Japon. J’ai une grande fascination pour ce pays et sa culture et lorsque je ne sais vers quoi me tourner instantanément les auteurs japonais ou actions se déroulant au Japon devient logique.
Ici l'auteure est du Québec mais son livre respire la culture nippone comme jamais je n'en ai lu auparavant. L'écriture est délicate, relaxante, on se fait vite embarquer dans cette histoire pleine de charme.

Alors le livre est court, il se lit d'une traite et l'on peut lui reprocher de ne pas aller au fond des choses mais c'est cela aussi qui m'a plu dans cette lecture, on survole un moment de vie. Une histoire qui n'appartient qu'à l'auteur et que ce dernier nous partage. On ne sait pas tout mais on est confronter à ce que l'on aurait préféré ne pas savoir.

On vit telle la fille de Yukiko une bribe de souvenir d'une survivante de Nagasaki, on ne voit qu'à travers sa lette ce qu'elle a bien voulu nous lire. Evidemment en plus de cette douceur et poésie se mêle l'horreur et l'histoire, le contexte, la guerre, la violence de ces bombes mais aussi pourquoi ? Y-a-t-il réellement une réponse à un tel acte ?

C'est sans nul doute un coup de cœur pour ce livre mais également pour son auteur.

113338337